La somnambule de la villa aux loups

Publié le

Marseille, 4 juin 1908. Trois coups de feu retentissent dans la Villa aux Loups, impasse des Solitaires. À l’intérieur, les corps d’une femme à demi nue et d’un jeune homme entièrement vêtu, le revolver encore chaud à côté d’eux. Le suicide est évident. Pourtant, le professeur Casals est catégorique : jamais sa femme ne l'aurait trompé, jamais elle ne se serait volontairement supprimée. Tout semble accuser Henri Champsaur d’avoir tué son amante avant de se donner la mort... Raoul Signoret, reporter au Petit Provençal, n’est pas convaincu. Ne lui a-t-on pas rapporté que Mme Casals sombrait parfois dans de brusques sommeils hypnotiques

L'hypnose ne permettrait-elle pas de « fabriquer » un assassin... Dans l'univers fascinant de Charcot et de Bernheim, rien ne semble impossible.

Publié dans Livres

Commenter cet article