Les gardiens de la paix

Publié le

En 1829 (loi du 12 mars), le préfet de police Louis-Marie de Debelleyme fait quadriller Paris par 85 agents en tenue : les sergents de ville, portant bicorne et épée, qui doivent jouer un rôle dissuasif et rassurer la population. Leurs effectifs montent à 292 en 1846. Ces sergents de ville, dont les plus méritants peuvent être promus brigadier (grade créé en 1830) sont placés sous les ordres d'officiers de paix qui répondent eux-mêmes à ceux d'un commissaire appelé chef de la police municipale à Paris. Ce système est mis en place dans les grandes villes du royaume et perdurera sous Louis-Philippe après la révolution de juillet.

Ils sont remplacés, sous la République, le 7 septembre 1870, par les gardiens de la paix civile. Leur uniforme est modifié, le bicorne est remplacé par le képi. En 1871, Jules Ferry met à disposition de la préfecture de police la caserne de la Cité pour en faire son siège. Cette caserne ayant été bâtie sur l'emplacement de l'ancien marché aux volailles de Paris le sobriquet de poulet est alors donné aux policiers. En 1896, le préfet Lépine équipe les gardiens de la paix d'un bâton blanc. En 1900, à l'occasion de l'exposition universelle, les premiers agents à bicyclette apparaissent.

Publié dans Inspirations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article