Revolver Nagant M1895

Publié le

Historique :

Lors du règne d’Alexandre III de nouvelles armes sont adoptées dans l’armée tsariste. Après avoir doté l’armée russe de nouvelles armes blanches et d’un nouveau fusil (Mosin-Nagant en 1891), c’est une nouvelle arme de poing qui doit remplacer le Smith & Wesson n°3 Russian alors en service.   
Faute de constructeurs russes, ce sont les inventeurs étrangers qui sont sollicités. Divers modèles sont comparés avec une attention particulière accordée au revolver modèle 1892 français. C’est la firme Nagant qui est retenue. Cette société liégeoise avait fabriqué une partie des revolvers Galand & Sommerville destinés à la Russie et plus récemment Emile Nagant avait mis au point, en collaboration avec S. Mosin, le fusil modèle 1891.
Bien introduits en cour et familier du redoutable Comité de l’artillerie, responsable des armements, les frères Nagant présentèrent une arme bien conçue et originale qui fut adoptée sous la désignation de revolver de 3 lignes modèle 1895, appelé Nagant.

Il est d'abord fabriqué en Belgique. Jusqu’en 1898, 20 000 armes furent livrées à l’armée russe. Les arsenaux russes le produisent à partir de 1898 avec un total de 180 000 exemplaires en 5 ans (1898-1902), 5 000 en 1903, 3 392 en 1904, 64 830 en 1905, 62 917 en 1906.
 


Fonctionnement :

Lorsque l’on arme le chien, le barillet tourne, puis se verrouille. L’extrémité de la porte de chargement se bloque dans un des crans du pourtour arrière du barillet, empêchant ainsi une rotation inverse.

Dans le même temps, le barillet est poussé vers l’avant, si bien que l’arrière du canon conique se plaque contre le logement usiné à l’avant de chaque chambre. La cartouche dépassant légèrement de la chambre est donc en partie dans le canon.

De plus, l’action sur la détente pousse un obturateur qui empêche tout retrait éventuel de la cartouche ou du barillet lors du tir, tout en laissant le passage du percuteur.

Après le départ du coup, l’obturateur se déplace, libérant le barillet.

L’éjection des étuis se fait, un par un, après avoir dégagé la porte de chargement, grâce à une baguette qui pivote sur le côté droit du canon. Ensuite, on peut recharger l’arme, opération sensiblement plus longue qu’avec l’ancien Smith & Wesson à brisure. Certains officiers préfèrent d’ailleurs garder leur ancien Smith & Wesson pendant la guerre russo-japonaise.

 

Versions :

Le revolver Nagant est produit en deux versions : en simple action pour la troupe et en double action pour les officiers et la police.

 

Munitions :

La cartouche fait partie du système Nagant pour assurer l’étanchéité maximum entre les chambres du barillet et le canon. L’étui en laiton enferme en effet complètement le projectile. Lors du départ du coup, la balle écarte les parois de l’étui, qui adhèrent, alors à l’entrée du canon sur environ 1,5 mm complétant ainsi l’obturation réalisée par l’avancée du barillet.

 

Caractéristiques :
•    Munitions : 7,62 mm Nagant
•    Masse à vide : 780 g
•    Masse chargé : 805 g
•    Longueur totale : 230 mm
•    Longueur du canon : 114 mm
•    Hauteur : 137 mm
•    Capacité : 7 coups

Publié dans Armes

Commenter cet article