La malle des Indes

Publié le par Franck SIMON

La Malle des Indes est le nom de la liaison postale mise en place par les autorités du Royaume-Uni entre Londres et Bombay pour faire arriver les dépêches officielles à leur destination dans le minimum de temps.

Pour réduire les délais, les autorités britanniques envisagent au début des années 1830 de faire traverser la France aux malles contenant le courrier des dépêches à destination des Indes. C'est ainsi que deux conventions postales postales sont signées, les 30 mars 1836 et 10 mai 1839 entre la France et le Grande Bretagne par Adolphe Thiers pour la France et lord Granville pour la Grande-Bretagne.

La convention postale de 1839 prévoit notamment :

  • que le transport du courrier des Indes pourra être confié à la Poste française ;
  • qu'un navire partira d'Alexandrie les 7, 17 et 27 de chaque mois à destination de Marseille et les 1er, 11 et 21 de chaque mois de Marseille à destination d'Alexandrie avec le courrier des Indes ;
  • que le temps imparti à l'administration postale française pour le transport du courrier entre les deux villes ne saurait excéder 102 heures ou 4 jours et 6 heures,
  • que les malles contenant le courrier devront être (pour des raisons sanitaires) en tôle ou en fer blanc ;
  • qu'un convoyeur britannique pourra accompagner le courrier, notamment sur les navires, ce convoyeur étant transporté gratuitement.

Dans ses débuts, l'arrivée de la Malle des Indes sur le territoire français se fera tantôt à Calais, tantôt à Boulogne-sur-Mer en fonction de l'état des installations portuaires et de leur adaptation au trafic trans-Manche.

En 1870, la guerre franco-prussienne suspend provisoirement le passage par la France de la Malle des Indes. Le courrier passe désormais par la Belgique (Ostende) l'Allemagne et l'Italie pour rejoindre Brindisi où il est chargé sur un paquebot. En 1872, retour de la Malle des Indes en France. L'ouverture du tunnel du Mont-Cenis en 1871, lui fera abandonner Marseille au profit de Brindisi.

En 1880, le train est ouvert au service voyageur. La Compagnie internationale des wagons-lits (CIWL) y intègre des voitures-lits en bois de teck. Le trajet Calais-Brindisi s'effectue en 48 heures. Les usagers sont essentiellement des fonctionnaires civils et militaires ainsi que des hommes d'affaires. C'est ce train que prendra en novembre 1889 Nellie Bly, journaliste américaine partie pour un tour du monde sur les traces de Phileas Fogg, qu'elle effectuera en 72 jours.

À partir de 1890, après la conférence du 13 mars réunissant toutes les compagnies concernées, il est dédoublé entre un train de voyageurs direct, nommé Peninsular and Oriental Steam Navigation Company, qui relie chaque semaine Londres, Douvres, Calais, Turin, Alexandrie, Bologne, Ancone et Brindisi où est assurée la correspondance avec le paquebot de la Malle des Indes, et par ailleurs un train-poste sans passagers autres que les convoyeurs anglais et français. Le nom de Malle des Indes sera alors attribué à l'un ou l'autre des deux trains.

Le Peninsular-Express quitte Londres tous les vendredis à 15 h 15 et arrive à Paris Nord via Calais à 23 heures. Le Peninsular-Express quitte la Gare du Nord à 0 h 15 et arrive à Brindisi le dimanche à 16 heures. Le paquebot qui assure la correspondance part de Brindisi à 22 heures et rejoint Bombay par le canal de Suez, la mer Rouge et l'océan Indien.

De 1891 à 1914, il dessert à la fois Marseille, sous le nom de Bombay Express et Brindisi sous le nom de Malle des Indes. Le train comporte alors dix wagons-poste, un wagon-restaurant, deux voitures de première classe et deux fourgons de service. Le parcours de Calais à Marseille (1 159 km) est parcouru en 22 heures et 23 minutes.

Publié dans Inspirations

Commenter cet article