Revolver Chamelot-Delvigne 1873-1874

Publié le

Revolver Chamelot-Delvigne 1873-1874

Le revolver réglementaire modèle 1873 Chamelot-Delvigne fut la première arme de poing moderne de l’armée française. Il fut produit par la Manufacture d'armes de Saint-Étienne de 1873 à 1887 à environ 337 000 exemplaires.


Le modèle 1874, produit à 35 000 exemplaires, était une version pour officier qui ne se distinguait que par un allègement général et un bronzage noir. De nombreuses copies civiles furent réalisées en France et en Belgique.


Ces deux armes employaient à l'origine une munition de 11 x 17 R mm dont la vélocité était peu satisfaisante pour une arme de guerre. En effet, la vitesse à la sortie du canon n'était que de 130 m/s, ce qui correspondait à 98 joules. Cette munition fut modifiée en 1890 pour lui procurer une vitesse initiale de 190-210 m/s, pour une énergie de 230 joules, ce qui restait faible en comparaison des autres munitions de l'époque, mais qui rendait une certaine crédibilité à l'arme. Cependant cette cartouche était toujours chargée à la poudre noire avec tout les inconvénients que cela engendre (encrassement, fumée...). Par contre, ces revolvers, d’un fonctionnement mécanique irréprochable, étaient fiables et robustes.

Environ 13 200 versions « Marine » furent également produites de 1877 à 1886, tirant au début une munition spécifique plus puissante (jusqu'à épuisement des stocks), ayant une vitesse initiale de 215 m/s, puis la munition standard. Cette arme équipera également la marine suédoise.

De nombreuses versions de ces armes ont été fabriquées que ce soit à Saint Etienne (manufacture d'armes civiles) ou en Belgique. Elles étaient destinées aux marchés civils, et aux officiers de réserve désirant s'équiper à leurs frais. Dans les versions civiles, on trouve des modèles 1873 et 1874, et parfois un mélange des 2.

Ce revolver au mécanisme à double et simple action est d'une capacité de 6 cartouches. A droite de la carcasse se trouve la portière de chargement qui, une fois abaissée vers l'arrière, permet à la fois le chargement de l'arme et l'extraction des étuis. Ceci se fait manuellement en amenant successivement chaque chambre du barillet face à l'ouverture dégagée par la portière et en poussant chaque étui avec la baguette fixée à demeure le long du canon. Le barillet est également facilement démontable grâce à un poussoir situé à droite de la carcasse. Les modèles 1873 et 1874 pèsent respectivement 1,2 et 1 kg et mesurent 24,5 et 22,8 cm de long.

Si vous désirez en apprendre beaucoup plus sur cette célèbre arme française, je vous conseille de découvrir ce site extrêmement complet : http://www.revolver1873.fr

Publié dans Armes

Commenter cet article